La contusion musculaire

 

Elle correspond en général à un choc direct sur le muscle.
C'est la traditionnelle "béquille".

1) Généralités.

Elle est plus ou moins grave en fonction de l'importance du choc.
Elle se manifeste par une douleur musculaire localisée au point d'impact, un œdème et un hématome qui sont d'autant plus importants et profonds que le choc est important.

Un hématome profond du muscle peut être équivalent à une déchirure.
Le délai d'indisponibilité varie de quelques jours à un mois en fonction de la gravité.

2) Traitement.

En premier lieu, comme pour les traumatismes musculaires en général, il ne faut pas continuer à tout prix l'activité sportive en cours ou pratiquer des massages.
Il faut éviter l'œdème par la cryothérapie (traitement par le froid sous forme de bombe), la compression (mousse et bande élastique) et la surélévation du membre.

Les anti-inflammatoires ne sont pas conseillés au tout début car ils empêchent l'inflammation qui est un phénomène physiologique favorisant la circulation.

La physiothérapie, les décontracturants et des antalgiques à base de paracétamol permettent d'atténuer les phénomènes douloureux.

Attention : L'aspirine favorise les saignements et peut aggraver un hématome musculaire.

A partir du 2° jour, les anti-inflammatoires peuvent être utilisés ainsi que les décontracturants et la physiothérapie.

A partir du 3° jour, les muscles sont sollicités à la rééducation (étirements, musculation, proprioception).

L'entrainement peut reprendre au 3° jour, avec une rééducation plus centrée sur le sport en question.

Le muscle lésé est surveillé pendant 1 à 3 mois.

A noter qu'une grosse contusion peut entraîner la constitution d'un hématome qu'il faut parfois évacuer par une ponction.

HEURE D'AISEREY

DESIGNATION ARBITRE DU 24/09

Brahim : Vacances

Mustafa : Centre D3 SENNECEY / SAULON/CORCELLES 2